Wicked Ideas

Le théâtre de création, au cœur de l’apprentissage

À l’école, les enfants doivent demeurer assis bien tranquilles derrière leur pupitre et écouter sagement leur enseignante prodiguer des leçons académiques, n’est-ce pas ? En fait, à l’École Mont Carmel de Sainte-Marie de Kent, il y a au moins une enseignante qui vous répondrait que l’école, ce n’est pas du tout cela ! Dans la classe de 5e année de Chantal Duplessis, les élèves apprennent leurs matières scolaires à travers la création d’un souper-théâtre sur le thème de l’histoire acadienne présenté nulle part ailleurs qu’au Pays de la Sagouine.

Chantal Duplessis ne veut pas enseigner de façon conventionnelle. Celle qui veut transmettre aux jeunes la passion de l’histoire de l’Acadie s’y prend de façon innovatrice, année après année, pour inciter ses élèves à apprendre. « Je suis toujours à la recherche d’idées de projets pour motiver les jeunes. Une de mes visions, un de mes buts, c’est de faire découvrir à fond l’histoire des Acadiens par les élèves, explique-t-elle. Je veux que les élèves, en sortant de ma classe, soient fiers d’être acadiens, d’être francophones ».

Cette année, elle a choisi de développer un projet d’envergure pour nourrir la curiosité et le sens des responsabilités chez ses élèves. « Je veux faire les choses autrement. Pour ce projet-ci, j’ai réfléchi longuement à la fin de l’année précédente, pour faire quelque chose d’intéressant », raconte l’enseignante. « J’ai contacté le directeur général du Pays de la Sagouine, Pierre Furness. Je l’ai invité à se joindre à nous pour être un partenaire majeur dans le projet. Il a accepté aussitôt. Les gens au Pays de la Sagouine ont été extrêmement bons pour nous. »

C’est de là qu’est venu le projet de pièce de théâtre « Notre histoire – Été 1755 ». Il faut dire que l’École Mont Carmel est une école communautaire entrepreneuriale qui vise, selon le ministère de l’Éducation « à développer une identité culturelle et linguistique forte, à améliorer Ie rendement scolaire, à mieux répondre aux besoins de chaque jeune, à cultiver chez chaque enfant son esprit d’entreprendre avec conscience, à raffermir les liens entre l’école et sa communauté, à assurer I’essor de nos communautés. »

Ce projet est donc tout à fait en lien avec le mandat de l’école communautaire entrepreneuriale. « On prépare un souper-théâtre, la pièce s’appelle « Notre histoire – Été 1755 ». Les élèves gèrent ça comme une entreprise. Ils ont créé des comités: il y a le comité de costumes, de  publicité, de décor, des finances, etc. Ils ont organisé une conférence de presse qui s’est très bien passée. »

mini_sagouine4

Tout au long de l’année, l’artiste Sylvio Allain a visité les élèves au moins une fois par semaine pour les aider avec la pièce. Ce sont les élèves qui ont créé tous les personnages. Ils ont également visité le Musée acadien pour découvrir comment les gens vivaient à l’époque avant la déportation.

« L’auteur-compositeur-interprète Mario LeBreton est venu à l’école. Il avait composé une mélodie et les élèves ont écrit les paroles. Chaque fois que je l’écoute, j’en ai les larmes aux yeux. Je n’en reviens pas à quel point ils ont fait quelque chose de beau », ajoute Mme Duplessis.

Cette approche lui a valu d’être nommé projet modèle de la province par le programme Place aux compétences. Le groupe d’élèves et son enseignante ont aussi été récompensés au Défi entrepreneurship jeunesse d’Entreprise Grand Moncton. Le 15 mai, ils ont présenté leur projet au public et aux juges.

mini_sagouine2En plus des matières scolaires, il y a tout un ensemble d’habiletés et de compétences qui sont développés avec ce projet, explique Mme Duplessis. « Les élèves apprennent la collaboration, le respect des autres. Ce n’est pas évident de faire une critique constructive, mais ils ont appris à faire ça. Tout notre français a été basé sur l’écriture de la pièce. Les mathématiques, on les a vues avec tout le côté financier du projet. En 5e, on voit les nombres décimaux, alors on entre ça dans le travail. Il a fallu planifier un budget, il y a beaucoup de notions de mathématiques là-dedans. Quand venait le temps de mesurer le périmètre d’une surface, on s’est servi de l’estrade. »

Malgré les heures de travail supplémentaires et l’effort soutenu qu’un tel projet exige, Mme Duplessis dit ne pas regretter un seul instant de s’être investie autant dans cette aventure. Elle obtient également de l’aide de l’agente communautaire de l’école et du programme Place aux compétences. « Je me couche à 1h du matin tous les soirs, mais ça vaut la peine. Les élèves sont tellement motivés. Une fois, il y a une élève qui était malade, mais elle refusait de s’en aller à la maison. Ils aiment tellement venir à l’école. En fin de compte, je fais ça pour les jeunes. »

mini_sagouine3

Enfin, l’impact de cette approche sur les élèves qui présentent des difficultés d’apprentissage ou des troubles de développement est une de ses plus grandes fiertés. Elle cite l’exemple d’un jeune qui tient un rôle sur scène, alors qu’il avait de grandes difficultés à s’exprimer. « Je les vois sortir de leur coquille. Les élèves en difficulté rayonnent dans ce projet. Ça leur permet de découvrir de nouvelles passions. »
La pièce « Notre histoire – Été 1755 » sera présentée au Pays de la Sagouine le 13 juin.

Nathalie Landry est une consultante en communications pour le changement social. Son entreprise, Écho Actions, donne un coup de main aux organismes à but non lucratif ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises au niveau des relations publiques, des médias et du marketing. @EchoActions

Sources :

Page Facebook – Notre histoire – Été 1755 : https://www.facebook.com/soupertheatre

École Mont Carmel : http://web1.nbed.nb.ca/sites/district11/mc/Pages/default.aspx

Place aux compétences : http://www.pacnb.org

Nathalie Landry

Nathalie Landry is a freelance writer and communications consultant. Her communications for social change consulting practice, Echo Actions, is dedicated to helping non profits and small businesses who want to change the world find the right medium and audience for their message. / Nathalie Landry est une consultante en communications pour le changement social. Son entreprise, Écho Actions, donne un coup de main aux organismes à but non lucratif ainsi qu’aux petites et moyennes entreprises au niveau des relations publiques, des médias et du markéting.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.